Mes Motsdoubs

Ce blog prend le relai de mes 2 autres blogs :

Bricoler, jardiner avec passion, cuisiner avec amour, m'occuper de ma maison, réaliser de jolies tables, lire, faire des exercices d'écriture, photographier, bloguer et facebooker, initier mes petits enfants à la peinture et à plein d'autres choses, nager et bouger autant que mon corps me le permet...quoi c'est ça être retraitée vous êtes sûre, je pensais que c'était mon troisième métier!!!
A noter, qu'en entrant votre adresse mail en haut à droite de mes blogs vous pouvez être averti par un mail à chaque nouvel article

mardi 10 novembre 2015

comment se nourrir aujourd'hui?....

ahhh quel titre!... il est vrai qu'en ces temps de remises en cause sur les réseaux sociaux ou dans les médias de beaucoup de nos vieilles habitudes alimentaires, des méthodes de culture et d'élevage, on ne sait plus trop ce qui est bien pour nous, ce que l'on peut mettre en oeuvre, ou ce que l'on doit changer.

J'ai eu la chance d'avoir une mère aussi loin que je me rappelle (début des années 60) qui a toujours réalisée une cuisine très équilibrée, très variée et ce  en grande partie avec des produits du jardin et du poulailler de ma grand mère. Déjà à l'époque elle aimait découvrir de nouvelles recettes de nouveaux légumes, je connais le potimarron, les courges spaghettis et la chicorée rouge depuis au moins 30 ans!


Outre ma mère, j'ai eu la chance d'avoir des grands mères, des tantes, une belle mère et d'autres tantes qui étaient d'excellentes cuisinières et qui ont ancrées en moi la cuisine du terroir, et des bonnes choses.

Pour ma part j'ai toujours fait une cuisine où viandes, légumes, poissons, féculents, et fruits se mêlaient de façon équilibrée. Comme j'ai toujours fait de l'exercice, à ce jour je n'ai ni cholestérol, ni tension ni kilos superflus, ni rien de ce genre.

Il n'en est pas de même de mon mari, qui en tant que fils unique a été nourri de jambon, steack, poulet (à gogo), de féculents....bien sûr il n'aimait pas les légumes ni la soupe(!...)
Pendant plus de 25 ans alors que je travaillais, il mangeait chez sa mère, et le week end souvent nous allions partager un repas chez mes parents ou ma belle mère, alors pour lui cholesterol, tension se sont installés.... Quand le spectre du diabète s'est profilé, et le surpoids installé il a fallu réagir

Il a fallu d'autant plus réagir, que son père a fait plusieurs AVC et a eu une fin de vie, pas franchement gaie pour lui et son entourage!

Alors bien sûr il a fallu envisager des changements, mais il était évident qu'il ne pouvait pas y avoir de retour en arrière. Donc j'ai décidé de changer nos habitudes en douceur, sur plusieurs années. Nous avons commencé il y a bientôt 3 ans, il a perdu une dizaine de kilos, les triglycérides se sont stabilisés, il fait des efforts pour bouger et il va plutôt bien.

Quand on a un passif comme le sien on se doute bien que plus on ira loin dans l'acceptation d'une nourriture saine et légère mieux (et plus longtemps) nous nous porterons!

Les personnes de ma génération sont les enfants de parents qui ont connus les privations et une nourriture pas toujours en quantité pendant et avant la guerre. ILs ont pour certains pensé que le bonheur dépendait d'une assiette bien pleine. Et puis il y a eu les années 80, avec une grande distributions qui d'un seul coup offrait tout,  la publicité qui faisait le reste, aggravé par le fait que nombre de parents  n'osaient plus dire non à ses enfants devant les gâteaux et autres sucreries.

Le mal était fait, les taux de cholestérol, sucres.... ont augmenté de façon alarmante, l'état de la planète s'est dégradé à une vitesse vertigineuse, et tout cela laisse planer pour une bonne partie de l'humanité des lendemains peu réjouissants.

Parallèlement on a vu appparaître des végétariens, puis des végans.... supprimer la viande, le poisson, les oeufs, le miel est-ce nécessaire, est-ce facile, est-ce possible?
Pour certains, un petit nombre je crois, tourner la page du jour au lendemain semble possible, moi je pense que comme le dis (ce n'est que mon avis) le proverbe, "chasser le naturel, il revient au galop"
Alors inutile de se mettre à un quelconque régime si c'est pour reprendre ses mauvaises habitudes parfois avec une attitude compensatrice encore plus néfaste.

Aujourd'hui, pour moi, supprimer totalement la viande et le poisson, c'est faire un trait sur toute cette transmission familiale de recettes, d'habitudes "de trucs", c'est quelque part rejeter tous ces moments de convivialité qui ont permis aux uns et aux autres de se retrouver, de passer un bon moment, de se détendre, et d'oublier les vicissitudes du quotidien.

Il y a trois ans j'ai diminué les quantités, la meilleure solution étant de servir à l'assiette et de ne mettre sur la table que ce qui est nécessaire, le fromage et le pain coupé, le carré de chocolat noir, les 5 noix ou 3 dates nécessaires;
Comme les féculents se transforment en sucre,  quand il y avait un féculent il n'y avait pas de pain et inversement!
Le fromage n'a plus été consommé que  le soir, avec une petit part de protéine et aujorud'hui un soir sur deux.
Puis le naturopathe est intervenu, (je ne dormais plus pour cause d'air qui stagnait dans l'estomac, mon mari avait aussi beaucoup d'air au niveau du tube digestif qui occasionnait entre autre des maux de tête), nous avons supprimé les yaourts et fromage blanc, (pas facile pour une accro comme moi,), et les fruits après les repas, nous ne les mangeons qu'en dehors de la digestion, nous avons changé tout ça  du jour au lendemain et nous nous sommes portés beaucoup mieux!

Il y a tous ces articles qui dénoncent les méfaits des protéines animales, la cruauté envers les animaux, je sais que diminuer la viande ne peux qu'être meilleur pour notre santé, mais là j'y vais doucement, et pour faire passer les choses depuis quelque temps je cuisine les légumes différemment.
La nouveauté fait oublier que les parts de viandes ou la quantité d'oeufs ont été divisées par 2!
J'aime cuisiner, j'aime créer, alors cela est facile pour moi, il suffit de le vouloir!

Chance mon mari, maintenant  intimement convaincu que ce ne peut être que bénéfique pour lui, accepte tous ses changements sans rien dire.
Alors j'innove beaucoup, de la choucroute au paprika à la soupe de céleris au curry, en passant par des gâteaux sans oeufs!

Serons nous un jour végétarien? est-ce nécessaire?... je n'en sais rien.... on verra...
Il y a toujours les invitations, les repas de fêtes avec leurs conventions...mais j'espère qu'en continuant sur cette lancée on se portera mieux, c'est l'essentiel!

Voici ma démarche actuelle,... et vous avez vous changé quelque chose dans vos habitudes alimentaires ces dernières années?

4 commentaires:

  1. Tu vois c'est très drôle il y a un an sur la route d'une fête des plantes je disais à Laly que je ne comprenais pas les végétariens et encore moins les vegan... et puis en moins de deux mois... (depuis la fin de l'été) j'ai tout changé... la viande poisson ne représente même plus 1 plat par quinzaine... et je n'en ai plus du tout envie ! je crois qu'on peut nous considérer, Olivier et moi comme des flexitarien. Les bonnes recettes des amies sur FB y sont pour beaucoup. En tant que grande gourmande pour moi il fallait que le changement "idéologique" passe l'examen du goût... j'ai tenté un gâteau au chocolat vegan... avec de l'huile d'olive... Un pure délice en goût et en texture (et on ne trompe pas Olivier sur le sujet) et là j'ai compris que j'avais beaucoup à apprendre ! Que ma façon de cuisiner (qui vient en grande partie de ma grand mère) n'était pas la seule manière... Bref à moi les livres et site sur les recettes végétatiennes et vegan ! Déjà le premier changement c'est fait depuis plus d'un an quand j'ai commencé à achèter un panier de légume hebdomadaire (6kg bio) ça permet de se remettre en tête les saisons, et de manger des légumes de toute sortes d'en découvrir ou redécouvrir...
    Enfin bref 2015 pour moi c'est un vrai tournant dans mon alimentation. Et tu vois j'en remercie tous les gens comme toi ou Virginie qui ont partagé leur façon de manger :)
    Bonne soirée
    Bises
    Lydie

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Geneviève !
    Je suis certainement de la même génération que toi, voire plus âgée: le constat est le même (idem pour le mari...)...Je mange de plus en plus sans viande avec des protéines végétales : des plats bien bons! Mes trois enfants ne sont pas, par contre de leur génération, ils ne mangent quasiment pas de burger frites, sauf ceux maison, les pizzas maison...Ils mangent de tout (bien " dressés " les enfants)......voire bio . Ici les Amaps sont très demandées et il n'y a pas de place, mais une longue liste d'attente...bon je vais me mettre à ma tarte aux trois pommes...
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, pour moi, le problème est différent !
    Pas de surpoids, pas de cholestérol, et mon mari non plus mais une parodontite depuis 20 ans qui s'aggrave,cinq molaires et une pré-molaire arrachées et il m'est quasi impossible de manger de la viande rouge. Pourtant, je suis une bête carnivore mais par nécessité, je mange plus de légumes,à condition qu'ils soient bien cuits et pas croquants comme c'est la mode, et des fruits que j'adore. j'achète beaucoup plus bio qu'il y a quelques années, nous avons deux magasins bio tout près de chez nous plus un marchand de fruits et légumes bio au marché
    Nous sommes de grands amateurs de fromages et je les achète aussi au marché, ils sont excellents.
    La seule chose que j'ai changé depuis deux ans, c'est le sel car Jean-Marie a un peu d'hypertension et le médecin lui a dit de manger peu salé alors j'ai la main très légère quand je sale.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  4. Très bel article, merci ! Comme Lydie je regarde avec intérêt le blog de Virginie...
    Je consomme peu de viande maintenant, et j'essaie d'acheter très bon, et du local élevé de façon traditionnelle, en quantité très limitée.
    J'ai travaillé dans la grande distribution et je connais ses méthodes, je l'ai quittée à cause de ça (j'étais en bureau d'études), elle a une grande responsabilité dans la dégradation de notre cadre de vie, de notre mode de vie, dans les coûts quoi qu'on s'imagine.
    Ma fille s'est consacrée aux chevaux, elle en a acheté 12 d'un coup (des poneys et 1 cheval) ils l'ont sauvée. Et par extension elle ne veut plus trop manger de viande. le dégoût nous a prises toutes les deux après un deuil...
    Je refuse de cautionner la maltraitance animale, les 1000 vaches, les porcs en cage et les oeufs de poules malheureuses.
    Une recette de mousse au chocolat light: 2/3 butternut, 1/3 chocolat noir, rien d'autre, c'est délicieux !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...