Mes Motsdoubs

Ce blog prend le relai de mes 2 autres blogs :

Bricoler, jardiner avec passion, cuisiner avec amour, m'occuper de ma maison, réaliser de jolies tables, lire, faire des exercices d'écriture, photographier, bloguer et facebooker, initier mes petits enfants à la peinture et à plein d'autres choses, nager et bouger autant que mon corps me le permet...quoi c'est ça être retraitée vous êtes sûre, je pensais que c'était mon troisième métier!!!
A noter, qu'en entrant votre adresse mail en haut à droite de mes blogs vous pouvez être averti par un mail à chaque nouvel article

lundi 10 février 2014

La mer / exercice d'écriture

d'après une idée de Pascal Perrat du blog entre2lettres



Elle n'en pouvait plus.
Monter, descendre, monter, descendre.
Toujours et encore !
Sa vie se résumait en va-et-vient incessants,
elle... en avait assez, elle rêvait de lagon bleu, de ciel encore plus bleu, d’absence de vent, de juste une petite brise pour la faire frissonner. Elle rêvait d’apercevoir la haute silhouette des palmiers, de sentir barboter les vacanciers…. Mais ce n’était pas ce sort là qui lui était réservé.

Des falaises sombres et austères à perte de vue, déchiquetées à souhait, étaient son quotidien. Sa seule distraction, caresser un phare coloré, sinon elle se heurtait irrémédiablement aux rochers et quand ce n’était pas aux rochers c’était aux digues qui l’empêchaient de voir toute activité humaine. Ces allées et venues l’épuisaient; toujours suivre le rythme du vent qui régnait en maître absolu sur cette portion du globe tel était son destin. Le pire c’étaient les grandes marées, sa surface était fouettée par les pluies, dans la journée elle n’apercevait que durant quelques heures un ciel aussi gris qu’elle. Elle était poussée, bousculée, on l’obligeait à se cabrer toujours plus haut toujours plus fort dévastant tout sur son passage. Parfois elle implorait les astres, la lune la regardait avec un sourire narquois, depuis longtemps elle  avait compris qu’elle ne pouvait pas lui faire confiance, quant au soleil il préférait faire le beau dans d’autres contrées !
Ce n’est qu’à marée basse, qu’elle reprenait son souffle, s’apaisait pour quelques heures, elle pouvait alors apercevoir quelques baigneurs frileux, mais bien vite le rythme infernal reprenait…. elle ne se souvenait plus quand tout avait commencé et se demandait si un jour cela s’arrêterait !....

2 commentaires:

  1. Bravo, un très beau texte qui décrit bien la mer avec ses vagues, ses agitations et ses paysages; une belle mer calme c'est superbe mais elle aussi ne fait pas ce qu'elle veut!

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Geneviève. J'aime beaucoup ton texte. Si j'étais la mer je suis sûre que c'est ce que je ressentirais. Bisous

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...